Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Copenhague ou le libre marché

Dès lors qu'un entrepreneur évoque la question du libre marché, il y a toujours des intellectuels, généralement nés avec une cuillère en or dans la bouche, pour le décrier haut et fort : pour eux, le libre marché priverait notamment les plus défavorisés. Cela leur confère aussitôt une vision apparemment sensible et humaniste, qui justifie leur exécration naturelle du libre marché. Leur pensée pourrait se résumer ainsi : « Nous, intellectuels, blâmons le libre marché parce qu'il est néfaste à la pauvre plèbe... » A leurs yeux, les pays pauvres seraient ainsi dévastés par la brutalité du libre marché. Si vous me lisez régulièrement, vous aurez sans doute déjà compris que je ne suis pas d'accord avec cette pensée. Et pendant un séminaire à Copenhague que j'ai suivi avant-hier, un intervenant a disséqué cette façon de penser plutôt étrange. Et il nous a clairement montré à quel point il est difficile de trouver une allégation plus détachée de la vérité que celle-là ! Parce que les citoyens des pays en développement supportent surtout un cruel manque de libre marché, et non une trop grande présence de celui-ci. Les plus défavorisés de par le monde habitent toujours dans des coins où la capacité de régir leur existence comme ils le souhaitent leur est systématiquement déniée. Empêcher le libre marché a pour conséquence d'empêcher la liberté, et c'est pour cela que le libre marché n'a pas sa place dans des régimes totalitaires comme celui de la Corée du Nord. Un gouvernement qui ne fait déjà pas assez confiance en sa population pour lui accorder la liberté de vote ne donnera sûrement pas à cette population la possibilité de faire ses propres choix avec le libre marché ! Durant ce séminaire à Copenhague, l'intervenant a même décidé d'aller plus loin dans sa diatribe, et a avancé que le libre marché était en fait carrément salutaire pour les plus démunis. Il leur offre en effet la chance de proposer leur travail à un public beaucoup plus vaste, et en tant que clients, les plus défavorisés disposent également d'un accès plus large et moins coûteux à des biens et services. C'est donc clairement un système dont ils ressortent plus riches, et non plus pauvres ! Pour en savoir davantage, je vous recommande la lecture du site sur ce séminaire entreprise à Copenhague qui est très bien fait sur ce sujet.

Les commentaires sont fermés.